Mercredi 2 novembre, j'ai acheté mon agenda pour 2012 dans une papeterie à côté de ma prépa. Comme d'habitude, un moleskine, noir comme d'habitude. J'ai copié les numéros utiles (comme d'habitude), les infos diverses (comme d'habitude), et les anniversaires comme d'habitude. Au 5 mai, j'ai noté Papy, je me suis waw, les 92 ans de Papy, vivement Noël, sa terrine de lapin et ses câlins. Dans cette papeterie, j'ai aussi trouvé des petits post-it pour toute la famille. J'en ai pris pour mon pour toute la famille, et pour mon papy. Je n'ai jamais d'idée de cadeaux de Noël pour lui, et puis il ne veut jamais rien. J'ai pensé que des petits post-it c'était "rien" et rigolo. Et je comptais lui acheter un autre rien, les compotes Charles & Alice, nos prénoms. Un petit rien rigolo.

Jeudi 3 novembre, je l'ai appelé, comme ça, et je lui ai dit que je lui avais acheté un truc rigolo, trois fois rien, pour Noël et que j'avais hâte de le voir, lui aussi il avait hâte. Je lui ai demandé comment il allait, "je vais doucement", il allait doucement, autonome.

Vendredi 4 novembre, à 91 ans et demi, il s'est endormi sur son lit, pour toujours.

Ca fait beaucoup d'étoiles à chérir (en si peu de temps). En voilà une que je n'étais pas prête à voir briller. Je t'aime papy chéri, papy Coco, papy tu-sais-tout. Je ne crois pas en dieu ni au paradis, mais je suis contente qu'il y ait des croyants qui t'y savent heureux, avec Mamie-chérie et tonton JM. Tu vas tellement, oui tellement me manquer.

PB071354